Far aux pruneaux

Je crois que c’est le meilleur far que j’ai mangé à ce jour … « le farz est bien doré, croustillant et très léger », selon Patrick Cadour , et je confirme. Bon, je me suis autorisé quelques transgressions à la recette : j’ai ajouté quelques pruneaux (du coup, mon far est un moins gonflé), j’ai utilisé une farine de blé (je n’avais pas de farine de froment) et du lait demi-écrémé, alors je suppose que le résultat est un peu différent .. mais plus que satisfaisant.
N’hésitez pas à jeter un oeil sur son article, très agréable à lire et riche en conseils dans la réalisation.

Ingrédients pour 6 personnes :

  • 7 cs de farine
  • 3 cs de sucre en poudre
  • 3 oeufs
  • 1/4 litre de lait
  • 100 g de beurre
  • 250 g de pruneaux (avec les noyaux)

 

Mettre la farine dans un saladier, puis les oeufs. Remuer à l’aide d’une cuillère en bois jusqu’à obtenir une pâte sans grumeau. Le mélange doit être travaillé longuement et énergiquement …

Ajouter le sucre en poudre et le laisser fondre en remuant toujours de la même façon, puis ajouter le lait.

Laisser reposer la pâte une bonne demi-heure.

Préchauffer le four à 200° C. Mettre le beurre dans le moule et le laisser fondre ; une fois fondu, incliner le moule dans tous les sens pour graisser les parois. Ajouter la pâte, glisser les pruneaux dans la pâte, répartir le beurre en surface et enfourner.

Lorsque la pâte commence à gonfler, réduire la température du four à 180° C et laisser cuire 30 minutes environ.

Publicités

14 commentaires sur “Far aux pruneaux

Ajouter un commentaire

  1. Sais-tu que c'est MON dessert favori et sur lequel je me jette littéralement quand je rentre en France ?
    J'adore ! Le tien a l'air si simple et délicieux 😉 Seuls les 100g de beurre me font mal aux yeux ( et au bikini ^^ ).
    J'ai trop envie d'essayer quand meme 😉
    Bises gourmandes et bonne fin de WE a toi ! A bientôt Marie.

    J'aime

  2. @sab,
    merci
    @lustine,
    il l'est !
    @Laurence,
    alors n'attends pas de rentrer en France pour te faire ce petit plaisir. Je sais, moi aussi j'ai fait des bonds à la vue des 100g de beurre, mais c'est ce qui fait le croustillant 😉
    A bientôt Laurence.

    J'aime

  3. Merci 😉 (et à ma chère Gracianne aussi)

    Le « secret » du travail de la pâte, c'est de procéder avec le creux de la cuiller en bois tournée vers le bas, de façon à incorporer de l'air, ce qui provoque ce gonflement à la cuisson… un peu le principe du soufflé en nettement plus rustique !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :